EOW WORLD 2015 - Montréal
Photo : David Léonard
www.leonard.photo
17 Sep

Cette finale EOW World 2015 fut en tout point remarquable.

Déjà car le EOW Montréal a mis la barre très haute. Un véritable festival EOW pendant 1 semaine bénie par la météo et une moyenne de 30 degrés… pratique pour apprécier les charmes de la 2ème ville du Canada.

Chaque soir, à travers la ville avait lieu un évènement EOW. De la finale Québec, à la finale Mondiale, en passant par 3 soirées jam/cypher, une block party, une émission radio, studio d’enregistrement tous les jours et même une journée peinture murale. En bref, les délégations n’ont pas eu le temps de s’ennuyer.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Ensuite car 8 nations étaient représentées : Québec, États-Unis, Suisse, Angleterre, Belgique, Afrique du Sud, République Tchèque et France.

Parmi les mc’s finalistes de 8ème finale mondiale, 3 ont déjà remporté le titre suprême de champion du Monde et faisaient office d’épouvantails : le champion en titre de 2014, Sledge Lee d’Afrique du Sud, Kay-M en 2011 pour les Etats-Unis et Res Turner en 2013 pour la France.

Sachant que Mas Law pour l’Angleterre, DjonAss pour la république Tchèque et Man’s One pour la Suisse ont déjà atteint le stade de la finale mondiale, autant dire que le niveau de cette 8eme édition était très relevé.

Seuls Clay pour le Québec et Aeme pour la Belgique atteignaient ce stade de la compétition pour la 1ère fois.

Côté pronostics, les 3 mc's déjà titré au niveau mondial tenaient le haut du pavé, accompagné du régional de l’étape Clay, qui allait évoluer à domicile avec le soutien du public.

Du côté de la délégation Française, la crainte majeure était Kay-M, qui l’avait emporté en 2011 à Paris, juste devant Kenyon (autant vous dire que ce monsieur est une brute). Un mc's du New Jersey élevé à Brooklyn, berceau du End Of the Weak ... La hantise d’un scénario identique à celui de 2011 trottait dans toutes les têtes.

Mais lors d’une finale mondiale, nombreux sont les paramètres à maîtriser. Certains le sont, d’autres pas du tout. Une chose est certaine, RES Turner est un bosseur et il s’entraîne depuis des mois, pour arriver dans les meilleures conditions et ne pas avoir de regrets.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Arrive le grand soir, le public est venu assister en nombre à cette 8e finale mondiale. Le Belmont Boulevard est plein à craquer, les caméras sont branchées, l’équipe Montréalaise s’apprête à boucler 1 semaine de folie avec leurs host officiels : Vulguerre qui a perdu sa voix, Delta et B Brain. Ils sont solidement accompagné par Big Zoo et Vice Verse qui font partie des 3 créateurs du EOW, ainsi que du très efficace Mazzi Soul Purpose.

 

1ère épreuve, Texte écrit :

Suite à un tirage au sort, c’est Res Turner qui a la lourde tâche d’ouvrir le bal. Suite à un problème technique il est un peu déstabilisé mais continue sans broncher. Kay-M part très fort et est lui aussi freiné par un souci.... Clay arrive en terrain conquis et entraîne le Belmont avec lui. Le charismatique Mas Law enchaîne sur la même vibe, le public répond présent. L’ensemble des mc’s passe sans trop de souci cette épreuve, la plus confortable pour eux (sur cette épreuve, c’est un texte écrit et pas une impro), seul Aeme est clairement parti en impro et a pris de vrais risques sur ce round. Le Public Montréalais ne manque pas l'occasion de faire du bruit pour cette prise de risque.

2ème épreuve, A capella :

Là aussi, les mc’s partant sur un texte écrit, peu de risque sur ce round. Le tirage au sort envoi DjonAss ouvrir le bal, et démontre que la technique et le flow n'ont pas de frontières. Aeme, par en texte et semble inspiré car part très vite en impro en faisant une déclaration d'amour à Montreal. Vient le tour de Res Turner qui sort un acapella très recherché, alliant le fond et la forme avec créativité et fait mouche ! Le public attentif et discipliné, a attendu la fin de son texte pour s’exprimer bruyamment (ou presque). Kay-M est finalement dans une position moins confortable car il se doit de faire aussi bien que son homologue Français, avec un texte au flow galopant, phases qui portent à réflexion, il y arrive … presque. Sledge Lee semble être plus énergique qu'au freestyle, et rentre réellement dans cette finale. Clay surprend son monde avec une vibe soul, et termine ce 2nd round en douceur.

Photo : David Léonard www.leonard.photo

Photo : David Léonard
www.leonard.photo

A la sortie de ce 2eme round Res Turner semble avoir pris un léger avantage, il fera le meilleur score sur ce round, mais rien de décisif à ce stade de la finale. Sledge Lee et Clay semblent avoir marqué des points et Kay-M reste en embuscade accompagné de Mass Law et son incroyable flow aux influences caribéennes, qui a mis le feu.

3eme épreuve, Freestyle grab bag :

Clairement l’épreuve révélatrice des EOW. Elle marque les esprits et fait souvent basculer les décisions.

C’est l’épreuve préférée de Res turner, celle où il a su à chaque fois faire la différence. Mais c'est aussi l'épreuve de prédilection de Man's One qui est le 1er à passer sur ce 3e round. Le Genévois va gérer très facilement son passage. Clay aime aussi visiblement aussi cette épreuve, il va passer du français à l'anglais et dérouler de façon impressionnante. Arrive le tour du Français, qui va de nouveau démontrer toutes ses qualités en faisant l'un des meilleurs passages freesyle bag. Plutôt peu inspiré sur les 2 premiers objets, il va faire la différence sur les 3 suivants. Alliant phases en impro avec les expressions Québécoises, se rendant accessible du public, avec des références mondiales communes. S'en suit le passage du redouté Kay-M qui passe juste après Res. Il va commencer très fort sur le 1er objet et va lui aussi monter d'un cran en faisant un très bon round. Il fait mieux que Clay et Sledge et se repositionne dans le trio de tête.

C’est à priori Res qui remporte cette épreuve, (cela sera confirmé plus tard par les grilles de notations) et semble prendre un léger avantage sur cette finale. Mais rien n'est acquis, aucun mc's n'a rater d'épreuves, tout reste possible.

4e épreuve, Mc versus Dj (rebaptisée pour cette finale le Mc versus Beatmakerlive) :

Tehu en action

Tehu en action

Petite spécificité Montréalaise, les dj's laissent exprimer une autre de leurs compétences : le beatmaking live. Pour cette épreuve, des samples de morceaux ultra-classiques sont revus, composés et corrigés en direct par Skribe et Tehu.

Cette fois-ci c'est Kay-M est le 1er convoqué. Il va découvrir à quelle sauce il sera mangé et ne sera pas très à l'aise. Ce dernier avouera par la suite préférer la version avec dj’s sur cette épreuve. Res Turner passe juste derrière et a pu ajuster sa prestation. Il va rentrer direct dans les 2 beatmakers, mode vanne bon enfant et va se montrer à l'aise sur cette épreuve casse-gueule. Allant même jusqu’à couper le son de la mpc de son interlocuteur ! Aeme, toujours en mode cheval sauvage qui part là où son inspiration le guide. Mans'One répond présent sur ce rodéo musical. Sledge Lee, Mas Law et DjonAss passent l'épreuve sans souci. Clay va utiliser son flow pour glisser littéralement sur ce mc versus beatmakerlive inédit.

En toute honnêteté, Res lâche jusque-là une bonne prestation mais pas sa meilleure. Mais, Kay-M fait exactement pareil. Man’S One et Sledge Lee aussi. Clay, qui évolue à domicile, a fait de très bons passage, tout comme le funambule de l'impro Aeme. Alors on se dit que c’est assez serré mais que c'est jouable pour Res. A condition d'assurer la dernière épreuve qui sera clairement décisive. Et dans ce genre de situation, mieux vaut avoir la chance de passer à la fin de la dernière épreuve, histoire d’avoir le dernier mot en espérant que ce soit le bon...

5e et dernière épreuve, Cypha Skills :

Comme les dernières éditions, le Cypha Skills se fait en équipe de 2 par tirage au sort (chose qui risque d'être importée sur la prochaine saison du EOW France, car cela permet de mieux noter les mc's).

Mas Law et Sledge Lee entament cette dernière épreuve, sur un beat un peu mou pour un final. Les 2 anglophones vont se répondre du tac au tac. Mas Law fini fort, improvisant à chacun de ses passages.

C’est Kay-M associé à Clay qui font leur entrée. L’enfant du New-Jersey va lâcher des flows tout droit venu de Brooklyn et sera bel et bien suivi par un Clay porté par le public. Très bon passage, ils finissent en force leur finale porté par une prod qui va bien.

Aeme passe ensuite avec DjonAss. Compliqué de créer une alchimie entre eux car la barrière des langues est bien réelle, même si le flow fait office de langage universel. La prod ne joue pas non plus en leur faveur car pas très entraînante. Mais qu'à cela ne tienne, DjonAss, plutôt un peu en retrait dans cette finale, va lâcher de gros flows et surprendre son monde. Aeme va clore se passage avec comme à son habitude, une transmission de bonnes vibes.

Res Turner à la chance de son côté, il passe en dernier et avec Man’s One le Suisse francophone. Ils vont donc pouvoir faire un véritable ping pong verbal pour tenter d’emporter le public. Et Res Turner va faire le job avec plein de référence Montréalaises, ce qui devrait lui assurer au minimum une place sur le podium. Mans'One n'est pas en reste et fait lui aussi un bon passage.

Comptage des grilles de notations :

Le temps des comptes a sonné, les dés sont jetés il n’y aura pas de délibération car en finale mondiale, seuls les points comptent (chose qui devrait être aussi importée au End Of the Weak France cette saison). S’ensuit la présentation du trophée de cette finale mondiale, un bijou pendentif réalisé spécialement pour l’occasion par SADE Workshop ovationné qui a du entendre son nom crié par la foule du Belmont !!

Le temps de faire les comptes, il suffit d’une balade dans la foule pour entendre que les noms de Kay-M, Clay, Mas Law, Sledge Lee et Res Turner semblent revenir plus souvent. Une chose est sûre, personne n’a écrasé la compétition et personne ne s'est planté.

Cela va donc se jouer à pas grand-chose, les 5 juges se sont attelés à la tâche et une équipe de fourmi s'est occupé de faire les comptes. Le 3e sera fortement acclamé puisque que c’est l’enfant du pays CLAY qui monte sur le podium. Il fait aussi bien que le Canadien Junk en 2011.

L’équipe du EOW Montréal fait durer le suspense pour l’annonce du 2e… et c’est KAY-M qui se hisse en 2e position. L’américain joue le jeu malgré sa déception visible sur le coup. Il est passé de près à côté de l’exploit pour faire un doublé mondial.

Kay-M 2e du EOW World 2015 Photo : David Léonard www.leonard.photo

Kay-M 2e du EOW World 2015
Photo : David Léonard
www.leonard.photo

L’annonce du vainqueur est imminente, là aussi les hosts prennent leur temps… (les salauds)… A priori cela va se jouer entre Mas Law, Sledge Lee et Res Turner mais il semble que ce dernier tiens la corde. L’annonce n’est pas encore faite que certains mc’s commencent à féliciter le Français… Et le résultat final tombe : RES TURNER fait le doublé mondial après celui de 2013.

Il rejoint Stig Of the Dump aux palmarès des EOW, l’anglais avait déjà fait le doublé mondial en 2007 et 2010. Res devient l’un des mc’s End Of the Weak le plus titré au monde. Le Poitevin originaire d’Angoulême fait enfin tomber le masque. Il peut sourire car le job est fait et bien fait et il vient surtout d’écrire une page mémorable dans l’histoire du freestyle.

Car oui, on peut le dire maintenant, RES Turner est une machine. Entraînements journalier d’impro, entraînements physique aussi avec de longues séances de sport quotidiennes et des nuits les plus longues possible pour récupérer.

Peu de sorties trop matinales, il a gardé ses forces et s’est volontairement économisé durant cette semaine afin de débarquer à bloc lors de cette finale.

Ce perfectionniste voit son travail récompensé, le Français était préparé comme jamais, et a pu roder sa prestation, la faire évoluer, tenter des trucs lors de ses différentes qualifications locale, régionale et nationale.

La meilleure des sorties pour Res, qui avait annoncé son intention d'arrêter les EOW après cette finale mondiale. Annonce faite via la mixtape EOW Soldiers Vol. 2. Non pas qu'il soit lassé, mais il s'était fixé des objectifs et les a atteints. Il part donc en étant au top, chapeau bas l'artiste pour le parcours, même si on rêve tous secrètement de voir son nom revenir lors d'une qualification EOW ...

Ce 2e sacre international envoie définitivement sur orbite RES Turner comme l’un des meilleurs freestyler Français et clairement, ses freestyle bag n’ont pas fini de tourner.

Res Turner double champion du monde EOW. Photo : David Léonard www.leonard.photo

Res Turner double champion du monde EOW.
Photo : David Léonard
www.leonard.photo

Partager :